happenGo facilite les sorties des personnes à mobilité réduite

happenGo facilite les sorties des personnes à mobilité réduite

Né à Toulouse, ‘Happengo’ est un moteur de recherche conçu pour faciliter la mobilité des personnes en situation de handicap visible ou non visible. Ce « Google Maps » référence l’accessibilité des établissements en fonction de l’handicap de l’internaute. Cette innovation est lancée officiellement ce mardi 2 juillet.

HappenGo est un moteur de recherche qui permet de trouver tous les lieux accessibles aux personnes porteuses d’un handicap ou en situation de fragilité. Plus largement, il permet de repérer un professionnel ou une structure de service dans les domaines de la santé, du paramédical, du droit, du transport, une association… La plateforme filtre des résultats en fonction des profils et des besoins, avec le bon niveau de description sur son accessibilité, tout en garantissant une information fiable et intègre un outil de géolocalisation. De plus, il inclut un agenda qui promeut des événements autour d’un établissement, publié par un autre utilisateur. Enfin, il est possible de visiter un lieu en réalité augmentée grâce à des parcours en vidéo 360°.

happenGo est dédié à toutes sortes de handicaps, moteurs, visuels, auditifs, maladies invalidantes, handicaps intellectuel et psychique et répond également aux personnes en situation de mobilité réduite (personnes âgées, femmes enceintes…). En résumé, c’est un facilitateur de vie et de projets.

happenGo contribue activement au développement du tourisme car il permet d’attirer de « nouveaux » touristes à travers toute la France. Ils représentent près de 25 millions de personnes (15 millions d’individus concernés par un handicap et 9 millions d’aidants).

Les personnes en recherche d’une meilleure accessibilité et leurs familles peuvent ainsi mieux se projeter pour partir en vacances ou sortir spontanément quand elles savent qu’elles n’auront pas de mauvaises surprises une fois arrivées à destination.

happenGo permet d’aller au-delà d’un simple tourisme adapté, c’est une véritable conception d’un « tourisme pour tous ».

Pour les utilisateurs, le téléchargement de l’application est gratuit.

happenGo a pu être conçu et lancé grâce aux fonds propres de l’un de ses fondateurs mais également grâce aux dons généreux de personnes ayant souhaité se joindre à l’aventure. Ils sont désormais à la recherche de partenaires, mécénats, sponsors pour développer happenGo à la hauteur de leurs ambitions mais surtout aussi pour répondre aux besoins exprimés par les utilisateurs.

HUMAID : LE CROWDFUNDING AU SECOURS DU HANDICAP

HUMAID : LE CROWDFUNDING AU SECOURS DU HANDICAP

Depuis 2015, la plateforme française de financement participatif propose au grand public de soutenir des personnes handicapées.

Alors qu’un de leurs amis était dans le besoin, Pierre Durand et Frédéric Deruet ont lâché leurs situations confortables d’avocat d’affaires et de responsable marketing pour créer la plateforme de crowdfunding Humaid. Les deux associés se sont inspirés de HandUp, un site américain proposant aux internautes d’aider des personnes sans ressources ou sans abri. Humaid a repris le principe en l’adaptant au domaine du handicap.

Comme sur son modèle américain, les projets sont présentés et validés par des associations. Mais, ici, des professions de santé et des mutuelles peuvent donner leur caution pour garantir aux donateurs que leur argent sera bien utilisé. “Chez nous,

Les conditions pour être porteur de projet

Dans un premier temps et de manière évidente, le bénéficiaire des dons doit être porteur d’un handicap au sens défini par la loi  à savoir « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive, d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». Egalement, il doit avoir cherché des aides ou essayé d’en obtenir auprès des structures compétentes, sans être parvenu à financer (de façon totale ou partielle) son projet.

Les garanties côté donateurs

Pour les généreux donateurs, Humaid assure avoir vérifié la faisabilité du projet en amont. les projets sont présentés et validés par des associations. Mais, ici, des professions de santé et des mutuelles peuvent donner leur caution pour garantir aux donateurs que leur argent sera bien utilisé. “Chez nous,

 Egalement, les fonds sont versés non pas aux associations, mais directement aux prestataires, par exemple à un distributeur de fauteuils électriques.” Et puisque l’histoire est avant tout humaine, des nouvelles du bénéficiaire et des avancées du projet sont régulièrement données aux donateurs.

Plus qu’une simple plateforme de financement, Humaid ouvre ainsi les portes de la solidarité. Un soutien notoire envers de véritables projets de vie.

Toulouse - des fauteuils roulants électriques en libre-service, une première en France

Toulouse – des fauteuils roulants électriques en libre-service, une première en France

Après la voiture, le vélo ou encore la trottinette électrique, Indigo Weel lance un nouveau service à Toulouse, à destination des personnes à mobilité réduite : la location de fauteuils roulants électriques. pour une période test à l’issue de laquelle Indigo, l’entreprise qui a développé les fauteuils, décidera éventuellement d’étendre le service à d’autres villes françaises.

Pour en profiter, il faudra les réserver deux heures à l’avance, c’est la condition sine qua non. Un employé sera ensuite chargé de remettre le fauteuil roulant à son hôte, au sein du parking. Le tarif : 5 euros les quatre heures. C’est le temps maximum autorisé pour son utilisation. Chaque heure supplémentaire sera ensuite facturée 1 euro. Ces fauteuils sont dotés d’une autonomie de 15 km et d’une vitesse maximale de 6,4 km/h. Dans un premier temps, deux parkings de la « ville rose » (Capitole et Victor Hugo) expérimenteront ce service. Le premier propose la gratuité du stationnement d’un véhicule durant toute la durée de la location du fauteuil, en échange d’un dépôt de garantie de 100 euros.

Dès lors, une équipe peut accueillir la personne à mobilité réduite souhaitant disposer du service, afin de lui expliquer son fonctionnement. Le fauteuil s’adresse toutefois aux personnes à mobilité réduite légère, et éventuellement aux femmes enceintes ou aux personnes qui se sont cassé la jambe. Il faut en effet être capable de marcher quelques pas jusqu’au fauteuil.

Un record de fréquentation pour le Salon Handicap, Emploi & Achats Responsables 2019

Un record de fréquentation pour le Salon Handicap, Emploi & Achats Responsables 2019

Un bilan très encourageant pour le Salon Handicap, Emploi & Achats Responsables, rendez-vous des entreprises inclusives et des innovations sociales, qui s’est déroulé le 28 mai dernier au Palais des Congrès.

Couvrant à la fois la sensibilisation, l’emploi direct et les achats responsables, le Salon du Handicap, Emploi & Achats Responsables permet de transformer l’entreprise afin d’accroître l’employabilité des personnes en situation de handicap et le recours au secteur adapté et protégé.

Avec plus de 4 500 visiteurs professionnels, le Salon du Handicap s’est affirmé comme l’événement le plus riche du handicap en entreprise. Cette quatrième édition a accueilli 150 entreprises adaptées (entreprise d’utilité sociale ayant pour obligation d’employer 80 % de travailleurs handicapés) et Esat (établissement médicaux-sociaux dont le personnel est handicapé), 70 conférences & ateliers, et plus de 100 partenaires & start-up.

Au total, ce salon attire 500 experts, aussi bien des juristes que des chercheurs ou encore des responsables de mission handicap, et 150 exposants, notamment Handicap.fr. Les 15 finalistes du programme « Innovation & start up » dévoileront leur innovation technologique lors d’un concours de pitchs à 17 heures (article en lien ci-dessous). Parmi elles, Aidodys développe des outils numériques pour favoriser l’inclusion sociale des personnes atteintes de déficience visuelle, troubles cognitifs ou dys et Helpicto traduit le langage oral en images, pour celles présentant des troubles de la communication. Plusieurs entreprises présenteront également leurs initiatives dans le lab’ : le marché de noël solidaire de Sodexo, l’escape game de Akka qui permet de libérer la parole autour du handicap invisible… L’objectif : essaimer les bonnes pratiques et insuffler des idées inclusives ! Trois trophées ont été décernés : « Innovation 2019 », « Agefiph – Emploi et formation » et « APF France handicap – Pouvoir d’agir ». Les 3 gagnants sont When your eyes speak, Gyrolift et Bbird.

100 startups avaient postulées, malheureusement nous ne connaîtrons que les 15 finalistes.

Les 15 projets les plus innovants

1- Awabot solutions a mis au point un robot de télé présence mobile, Beam, permettant aux collaborateurs en situation de handicap de continuer à avoir accès à l’entreprise et à sa vie sociale.

2- Le logiciel Emoface s’adresse aux personnes ayant des troubles du spectre autistique, confrontées quotidiennement à des difficultés de compréhension et d’acquisition des compétences sociales. Cette application utilise des personnes 3D expressifs et interactifs pour apprendre les émotions de manière ludique.

3- When your eyes speak (Impact for the people) est une technologie oculaire permettant aux personnes paralysées, et dans l’incapacité de s’exprimer, de pouvoir communiquer. Comment ? Grâce à une paire de lunettes munies de capteurs infrarouges détectant les clignements volontaires, à une interface de communication enrichie de l’intelligence artificielle.

4- Aidodys développe des outils numériques pour favoriser l’inclusion sociale des personnes atteintes de déficience visuelle, troubles cognitifs ou dys.

5- Accueil smile (Hangagés) est un e-learning (formation en ligne) destiné aux collaborateurs des commerces, administrations et établissements publics pour améliorer l’accueil des clients à besoins spécifiques.

6- Boosty + (Gyroboost) permet à un conducteur installé sur son siège de télécommander à son fauteuil électrique, muni de capteurs et de caméras, d’aller de la portière à l’arrière du véhicule puis qu’il monte et se fixe à l’aide d’un électro-aimant sur le porte-chariot.

7- Réalité (Bbird) est une immersion en réalité virtuelle pour vivre, agir, sensibiliser et casser les préjugés sur le handicap.

8- Gyrolift est une technologie novatrice et universelle d’assise robotisée verticalisatrice qui s’adapte à une majorité de gyropodes. L’ensemble est un dispositif électrique de mobilité inclusive pour tout utilisateur, permettant de se déplacer aussi bien assis que debout.

9- Mon copilote (Handivalise) aide les personnes handicapées et âgées à se déplacer grâce à une plateforme de co-trajet solidaire.

10- Helpicto traduit le langage oral en images, pour les personnes présentant des troubles de la communication.

11- Myeye (Orcam) est une mini caméra à clipper sur n’importe quelle monture de lunettes. Dédiée aux personnes malvoyantes ou aveugles, elle est munie d’un mini haut-parleur qui restitue le texte photographié, « instantanément, simplement et discrètement ».

12- L’application Oto (Otonomy) permet au client en difficulté de régler un achat en espèces sans faire d’erreur et à l’hôte de caisse de lui rendre la monnaie exacte.

13- La Bulle elix (Signe de sens) est un outil permettant d’accéder, « à partir de n’importe quelle page web », à la traduction de mots et à leur définition en Langue des signes française (LSF).

14- Smartear permet aux personnes déficientes auditives de « voir les sons » grâce à boitier mobile et indépendant « qui remplace l’oreille ». 

15- Zero Barrier (Soli’vers) favorise l’inclusion et la mobilité professionnelles des personnes handicapées. Elle s’adresse aux structures qui les accueillent et souhaitent les accompagner vers la reconnaissance sociale et pro.

Eeears: un Coton-Tige

Eeears: un Coton-Tige

J’ai découvert un produit à Foire de Paris 2019 pour nettoyer les oreilles sans blessure pour les oreilles des personnes en situation de handicap et les personnes âgées et bien sur toutes autres personnes.

Il est fort probable que vous vous nettoyiez les oreilles avec un coton-tige jetable une ou deux fois.  C’est peut-être une habitude quotidienne.

 En général, nous ne pensons pas à l’impact de nos activités quotidiennes sur l’environnement, mais lorsque les créateurs de Eeears ont constaté que plus de 22 milliards de cotons-tiges étaient produits en un an – et par conséquent utilisés et jetés -, ils décidaient de changer quelque chose.  Cela, combiné aux dangers posés par le nettoyage de vos oreilles avec des tampons, a conduit à la création du premier nettoyant pour oreilles réutilisable.

Une étude américaine publiée en 2017 dans The Journal of pediatrics a montré que chaque année environ 12 500 personnes de moins de 18 ans (260 000 enfants entre 1990 et 2010) sont traités dans les services d’urgence américains pour des blessures aux oreilles liées à des Cotons-Tiges : perforation du tympan, déchirures provoquant des infections, dislocation des os de l’audition ont, entre autres, été recensées. Des maux qui peuvent induire une perte d’audition, des vertiges, des bourdonnements…

En outre, on risque de pousser la cire plus loin dans l’oreille et ainsi d’engendrer un bouchon de cérumen. Il faut laisser faire la nature, plaident les ORL : le très fragile canal de l’oreille s’auto-nettoie. Et, au pire, l’auriculaire est là !

Bientôt finis les Cotons-Tiges en plastique dans les rayons des magasins ! A partir du 1er janvier 2020 (et 2025 en Europe), ces petits ustensiles seront interdits aux particuliers en France conformément à la loi biodiversité adoptée en 2016. Jetés par de trop nombreuses personnes dans la cuvette des toilettes (au lieu d’être mis dans une poubelle) et pas toujours bien filtrés par les stations d’épuration, les bâtons ouatés échouent sur les bords des rivières ou les plages.

Ils paradent dans le top dix des déchets les plus fréquents sur les côtes. Rien qu’en France, on en collecte 1,2 millions de tonnes par an.

Si leur disparition devrait réjouir les personnes soucieuses de l’environnement et les touristes balnéaires, elle satisfera aussi certainement les oto-rhino-laryngologistes (ORL) qui dénoncent unanimement leur usage

Pour ceux qui ne pourraient se passer du plaisir de titiller leurs esgourdes à l’aide d’un ustensile, il existe désormais une alternative écologique (et économique – 9,90 € l’unité) et inoffensive pour les oreilles : Eeears, une petite tige en silicone médical à la tête courte (14 mm) qui empêche d’enfoncer trop loin ce nettoyeur d’oreilles d’un nouveau genre et évite de repousser les saletés au fond de l’orifice.

ce dispositif pour adultes et enfants est souple et sans risque pour le tympan, réutilisable et lavable à l’eau. Il possède une durée de vie de 5 ans.

Si votre réaction initiale au «nettoyant auriculaire réutilisable» est «grossière», nous étions avec vous.  Mais cet outil est en silicone médical et se rince simplement lorsque vous avez terminé.  Plus important encore, Eeears est conçu pour ne pas entrer en contact avec votre tympan.  En dépit de la popularité du nettoyage des oreilles avec un coton-tige, les experts ne le recommandent pas, en particulier parce qu’il pourrait endommager l’oreille.  Les créateurs ont utilisé un logiciel médical 3D pour concevoir les écouteurs et, au lieu de pousser de la cire et de la terre vers le tympan, quelques torsions de pièges Eeears contenant tout ce qui est à l’intérieur et de les retirer en toute sécurité.

J’ai pu tester moi même Eeears, pour ma part, ne pouvant le faire seule, c’est ma mère qui me nettoie les oreilles, mais pour la personne qui effectue ce geste il est difficile de gérer la profondeur auditif au risque de vous blesser. Avec cette solution plus de problème et de crainte de blesser ou ce faire blesser. Cela fait une sensation de chatouillement pour moi. Et je suis plus serein au moment de la toilette. Je vous recommande cette solution qui me satisfait pleinement.

Réalité virtuelle et handicap

Réalité virtuelle et handicap

Les applications de réalité virtuelle vont de la reconstitution d’espaces et de sites historiques à la simulation à des fins thérapeutiques ou médicales. Ces dernières sont précisément l’une des plus grandes contributions de la réalité virtuelle au handicap physique.

La réalité virtuelle ne concerne pas que l’univers du jeu vidéo. Elle peut avoir des vertus thérapeutiques, en particulier pour soulager les personnes paraplégiques ressentant des douleurs provenant de leurs membres paralysés.

Des lunettes 3D pour soigner les douleurs des paraplégiques ? Voilà bien ce que propose d’accomplir, après la rééducation, cette application de la réalité virtuelle. En particulier en plongeant les patients dans un environnement imaginaire dans lequel ils se voient dotés de jambes fictives

La réalité virtuelle a de nombreuses applications et, comme la technologie est relativement nouvelle, nous ne connaissons pas encore ses limites. Pourtant, nous connaissons déjà son importance au niveau médical pour recréer des images de notre corps en 3D qui peuvent être utilisées pour faire des diagnostics, simuler des opérations ou mettre en place des thérapies de réadaptation.

Depuis, les technologies se sont fortement démocratisées puisque les objets connectés et la réalité virtuelle ont intégré notre quotidien. L’équipement du grand public en outils technologiques n’est plus une contrainte rédhibitoire. Mais plus important encore, les résultats sont là : les thérapies s’appuyant sur la réalité virtuelle comme entraînement cognitif ont fait leurs preuves.  Aujourd’hui, les conditions sont réunies pour que l’industrie mise sur ces projets, les soutienne et les développe.

AccesSim

Développé en France, ce simulateur de réalité virtuelle a pour objectif de reproduire la conduite d’un fauteuil roulant en milieu urbain. Le projet AccessSim est en bonne voie puisqu’une première présentation a eu lieu au salon « Laval Virtual » en mars 2019. Le logiciel permet de se projeter virtuellement dans un immeuble et de tester les obstacles et la facilité de maniement des fauteuils roulants. Au-delà de l’aide apportée aux handicapées, AccessSim permettra également aux promoteurs immobiliers de tester les revêtements de sols et les pentes des rampes d’accès virtuellement puisqu’il y a un retour de force pour l’utilisateur en fonction des critères cités précédemment.

Blexer

Blexer (acronyme de Blender Exergames) est une plateforme de jeu vidéo conçue pour la réhabilitation qui combine un capteur Kinect (Microsoft® Xbox 360) avec Blender, un programme open source pour la modélisation 3D qui dans ce cas agit comme un logiciel d’animation.

Blexer a été développé par des chercheurs espagnols du groupe Applications Multimédia et Acoustique (GAMMA) du Centre de Recherche sur les Technologies Logicielles et les Systèmes Multimédia pour la Durabilité (CITSEM- UPM) et propose des jeux vidéo destinés aux personnes souffrant de faiblesse musculaire. Les mouvements faibles sont amplifiés dans chaque joueur afin que les utilisateurs éprouvent les mêmes sensations qu’une personne sans difficulté de mouvement.

Les jeux vidéo Blexer permettent aux personnes handicapées d’effectuer leurs exercices de réadaptation à domicile, dans un environnement où elles se sentent plus à l’aise et en sécurité.

Feel

L’architecte Juan Antonio Fuentes donne vie depuis des années à « Feel », une plateforme permettant aux personnes handicapées de vivre des expériences qu’elles ne peuvent pas vivre dans le monde réel en raison de leurs limitations physiques telles que le parachutisme ou la plongée sous-marine, même si elles ne sont pas encore complètement développées. Son idée est de fournir des packages que les utilisateurs peuvent télécharger mais il a aussi étudié la possibilité que les activités puissent être personnalisées ou « créées » pour chaque utilisateur.

Walkin VR

Walkin VR est un assistant logiciel qui permet aux personnes handicapées physiques ou à mobilité réduite d’utiliser la réalité virtuelle sans que leurs limitations physiques soient un obstacle.

L’assistant ne requiert pas de modification des systèmes de réalité virtuelle actuels ni de modification des applications ou des jeux. Il utilise simplement diverses combinaisons de contrôleurs et de capteurs existants pour introduire les mouvements physiques que le lecteur ne peut pas effectuer dans l’environnement virtuel.

Personnaliser son fauteuil grâce aux flasques Showheel

Showheel est une société proposant de personnaliser votre fauteuil roulant manuel selon vos goûts et vos couleurs grâce à un choix important de flasques.

Contraction des mots anglais show (montrer) et wheel (roue), Showheel a ainsi développé une vaste collection de flasques. Fabriqués en France, les différents modèles qui la composent font preuve d’originalité et de diversité.

Que ce soit des flasques prédéfinies ou des flasques personnalisables, Showheel vous permettra d’affirmer votre style, vos goûts en ajoutant cet élément facilement interchangeable. En effet, sa pose s’effectue sans attache ni fixation. Il se fixe via la main courante.

Avec au choix des visuels sobres, colorés, drôles ou graphiques (gamme Sport ou City par exemple). Voire également un soupçon provocateur avec la gamme Caustic et ses messages affichés sur les roues. Si vraiment aucun coloris ou motif ne vous plaît, vous pouvez choisir de le personnaliser, moyennant supplément.

Ultime particularité des flasques Showheel : leur facilité d’installation. Construites dans un matériau flexible et dotées d’une encoche radiale de saisie, quelques secondes à peine sont nécessaires pour les mettre en place. Et ce sans effort ou manipulation particulière puisque c’est la main courante de la roue qui les retient.

Allocution Macron – le handicap mentionné à 3 reprises

(J’ai pris cet article sur le site handicap.fr)

Le 25 avril 2019, au cours de son discours prononcé devant 320 journalistes réunis à l’Elysée, le chef de l’Etat a présenté les premiers enseignements du grand débat national qu’il avait lancé le 15 janvier pour répondre à la crise sociale née en novembre avec le mouvement des gilets jaunes.

Le mot handicap n’a été prononcé qu’à trois reprises. Tout d’abord dans le cadre du grand débat : « On a vu s’exprimer (…) les personnes vivant en situation de handicap qui ont dit aussi tout ce que la société avait de béances… ». Puis sur le volet de l’école : « … nous devons rendre notre école plus accueillante bienveillante à l’égard de celles et ceux qui jusqu’alors trop souvent n’y avaient pas leur place. Les décrocheurs scolaires, les enfants en situation de handicap, là aussi beaucoup de choses ont été faites. On doit aller beaucoup plus loin… ».

Un congé rémunéré pour les aidants

Il a enfin évoqué la situation des aidants familiaux, estimant qu’il « y a des millions de nos concitoyens qui sont là aussi comme oubliés » mentionnant « celles et ceux, souvent les femmes, qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s’occuper d’un enfant en situation de handicap, d’un proche, une personne de la famille devenue dépendante ». « Nous devons d’abord les reconnaître, les nommer mais aussi dans nos politiques publiques leur bâtir une place, dans notre réforme des retraites leur construire des droits, c’est indispensable », a poursuivi le chef de l’Etat. Le lendemain, la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, annonce que le gouvernement prendra dès 2020 des mesures en faveur des aidants qui soutiennent un proche âgé, malade ou handicapé, sous forme d’un congé rémunéré et/ou de « droits contributifs à la retraite » 

Le tour de France à cheval d’Aurélie, amputée d’une jambe

Elle s’appelle Aurélie Brihmat et son parcours force l’admiration. Aujourd’hui âgée de 34 ans, elle en avait 17 lorsqu’elle a perdu sa jambe droite dans un accident de scooter. Depuis fin mars, elle s’est lancée dans un tour de France à cheval des centres de rééducation et des écoles.

Pendant presque six mois, Aurélie et son papa vont parcourir 4 000 kilomètres à cheval. « Nous effectuons environ 25 kilomètres par jour et nous empruntons autant que possible les sentiers de grande randonnée. Le soir, nous sommes accueillis et hébergés pour la nuit par des cavaliers », précise-t-elle. Partis d’Aix-en-Provence le 30 mars dernier – la famille est originaire de Trets – ils vont faire étape dans plusieurs villes de France comme Mende, Lyon, Tours, Rennes, Ploemeur, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Albi… Un défi de taille, qu’elle organise depuis plusieurs mois à travers son association Handidream, en partenariat avec la Fédération française d’équitation.

Dans 21 centres de rééducation

C’est en repensant à ces moments de doute, parfois de désespoir, qu’elle décide en 2017 de créer l’association Handidream, dans le but d’aider les personnes ayant un handicap moteur suite à un accident. Elle imagine alors un défi particulièrement ambitieux : faire un tour de France à cheval durant six mois pour aller à la rencontre de jeunes accidentés. Vingt et un centres de rééducation vont ainsi lui ouvrir ses portes. Pour mener à bien ce projet, elle est accompagnée de son père, de ses deux chevaux et de son chien (border collie). Les animaux servent de médiateurs auprès des patients.

Un discours accueilli avec espoir par les patients de la polyclinique Kenval. Pour ce périple hexagonal, Aurélie Brihmat est accompagnée de son père, de leurs deux chevaux et de leur chien. Sur le site internet de son association Handidream, elle a lancé un appel aux bénévoles et à toute personnes susceptible de les héberger ou de leur apporter un soutien logistique à chaque étape.

Aurélie, Bernard, les chevaux et Spy, ont pris le départ le 30 mars du Cours Mirabeau (Aix en Provence) escortés par la Garde Républicaine, les pompiers, et de nombreux soutiens. Leur itinéraire est en ligne sur www.handidream.com et sur Facebook.

Ikea crée des accessoires de mobilier adaptés au handicap

IKEA Israël améliore les meubles pour les personnes handicapées avec l’aide d’imprimantes 3D.

IKEA Israël s’associe à deux organisations à but non lucratif pour faciliter l’utilisation de leurs produits par les personnes handicapées.

En plus des organisations à but non lucratif Milbat et Access Israel, Ikea a 13 nouveaux articles conçus pour améliorer les tiroirs sans poignée et les meubles à profil bas, rapporte Fast Company.

De vastes poignées pour ouvrir aisément les placards ou le rideau de douche, des boutons plus larges pour allumer la lumière, des cales pour surélever le canapé… Pour l’heure, treize modèles sont disponibles sur le site dédié clic lci . Petite particularité : ces produits ne sont pas vendus en l’état mais l’entreprise met, gratuitement, à disposition de ses clients des plans pour imprimantes 3D afin de les concevoir chez soi (encore faut-il en avoir une !) ou via un service tiers. La marque propose également des fiches d’installation pour indiquer la marche à suivre afin de les placer correctement sur le mobilier.

Pour concevoir ces outils, Ikea Israël a sollicité deux associations locales spécialisées dans le handicap, Milbat et Access Israel ; ils ont été testés par les utilisateurs concernés et, le cas échéant, modifiés. Novice dans le champ du handicap, l’entreprise cherche encore à s’améliorer ; sur sa plateforme, un formulaire de suggestions clic lci est donc disponible pour permettre à chacun de faire part de ses idées. Si la marque prévient qu’elle ne pourra pas donner vie à chaque projet, elle affirme qu’ils seront tous pris en compte puis évalués. Les meilleurs seront ensuite développés par ses designers et s’ajouteront aux treize accessoires déjà existants.