Donnez votre avis sur la politique handicap menée par l’Union européenne

Donnez votre avis sur la politique handicap menée par l’Union européenne

(j’ai pris cet article sur le site handicap.fr.)

Une remarque ? Une proposition ? Un avis sur la politique handicap menée par l’Union européenne (UE) ? La convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées est-elle strictement appliquée ? L’UE est à l’écoute et invite chaque citoyen à répondre via un questionnaire en ligne. L’objectif : une politique plus « efficace » et plus « ciblée » pour améliorer la qualité de vie et l’intégration des personnes en situation de handicap dans la société.

Evaluer la pertinence et l’efficacité

« Ces activités ont été menées à travers un large éventail d’initiatives qui font partie de la stratégie européenne en faveur des personnes handicapées 2010-2020 », explique la Commission européenne. Cette dernière prenant fin dans quelques mois, cette consultation publique vise ainsi à recueillir des informations et des avis émanant du « plus large éventail possible de parties prenantes afin d’évaluer sa pertinence, son efficacité, son efficience, sa cohérence et sa valeur ajoutée ». A noter, il n’est pas nécessaire de posséder une connaissance préalable de celle-ci pour participer.

Questionnaire en FALC

Le sondage (en lien ci-dessous) est disponible en 24 langues et en Facile à lire et à comprendre (FALC). Les participants doivent alors remplir un QCM et répondre à des questions du type : « Dans l’ensemble, la situation des personnes handicapées s’est améliorée au cours des dix dernières années ? », « Peuvent-elles exercer leurs droits » ou « participer aux activités quotidiennes au même titre que tout autre citoyen ? », ou encore « Ont-elles accès à des services de santé adéquats et abordables ? »… Intéressés ? Le questionnaire est ouvert jusqu’au 23 octobre 2019, minuit. A vos claviers !

Concours photo pour revendiquer

Ce n’est pas la première fois que l’UE met à contribution ses citoyens sur la thématique du handicap. En juin 2019, le Forum européen des personnes handicapées, ou European disability forum (EDF), lançait la seconde édition du concours photo intitulé « Revendique tes droits ». Il met ainsi au défi les Européens de représenter l’accessibilité de la justice au sein de l’Union en un unique cliché. Les participants ont encore jusqu’au 15 septembre 2019 pour envoyer leurs plus beaux tirages ! Un vent d’inclusion soufflerait-il sur l’Europe ? Rien n’est moins sûr…

JIB, pour retrouver l'autonomie chez soi !

JIB, pour retrouver l’autonomie chez soi !

JIB est un système de maison connectée pour les personnes à mobilité réduite (PMR) qui permet de gagner en autonomie et de redonner le contrôle du logement aux plus dépendants. 

Mais aujourd’hui, le faire adapter à sa situation est encore trop complexe et surtout très cher. Des solutions existent, mais elles manquent de flexibilité. Il faut envisager des travaux, racheter des équipements dénaturant le cadre de vie auquel on s’est attaché. Bien souvent donc, on fait avec, on bricole : un escabeau par-ci, une rallonge par-là.

On l’oublie souvent, les technologies grand public peuvent être un soutien inestimable si elles sont adaptées au handicap et pensées pour l’autonomie. C’est le cas de la télécommande. Elle a été développée pour aider les personnes qui avaient des difficultés à aller changer les chaînes sur leur télé. Un bel exemple de ce que peut donner l’inclusion dans les technologies.

Dans cette même logique, JIB voulons utiliser les technologies des objets connectés pour proposer une solution adaptée aux besoins des plus dépendants et les rendre plus autonomes !

JIB innovation est de proposer un kit d’objets connectés clef-en-main, prêt-à-l’emploi et parfaitement adapté aux besoins et à l’usage d’un public à faible motricité. Pas besoin d’être un expert de l’informatique ! Le kit est pré-configuré,

L’installation du kit se fait très simplement (en 20 minutes avec un aidant et un ensemble d’éléments de supports) mais l’équipe JIB intervient également pour la mise en place du kit à domicile pour seulement 30 euros, partout en France métropolitaine, pour les personnes qui préfèrent avoir recours à une aide professionnelle. (offre limitée jusqu’au 30/09), sans remplacer aucun équipement, et connecte ainsi tous ses objets du quotidien. Il peut tout de suite allumer ses lumières à distance sur son smartphone ou bien changer les chaînes de sa télévision à la voix. La création de scénarios permet d’automatiser des tâches répétitives . L’utilisateur reprend alors pleinement le contrôle de son environnement ! 

Les 2 co-fondateurs complémentaires, passionnés par l’univers des objets connectés et l’envie de créer un projet technologique à impact social. Leur  ambition est de mettre la technologie au service de ceux qui en ont le plus besoin, et d’intégrer une démarche inclusive où un produit grand public est développé en premier lieu pour et avec le public PMR.

La solution JIB est proposée en 2 formules, via un abonnement mensuel (à 10€/mois) ou par achat (450€ HT).

Suite à notre partenariat, la startup JIB propose une offre spéciale pour les lecteurs du blog Handieasy. Profitez de 2 mois gratuits de test de la solution JIB en inscrivant le code HANDIEASY lors de votre commande d’un abonnement JIB (sans engagement). Il vous est ainsi possible de tester la solution 2 mois sans aucun coût, et si elle ne vous plait pas, de la renvoyer.

JIB travaille à intégrer de nouveaux produits, à la fois des éléments pour connecter d’autres usages (tous les appareils radio-fréquence, un interphone/sonnette connectée, caméra connectée) et des compléments à ce qu’on propose dans le kit actuel (détecteurs de présence et d’ouverture de porte, bouton connecté pour déclencher les lumières manuellement).

Mon avis :

Après avoir testé JIB depuis quelques mois, je trouve cette solution très facile d’utilisation, et en plus elle est évolutive.

JIB a changé ma vie ! Je peux maintenant contrôler mes lumières et appareils de la maison seul, sans l’aide de mon aidant familial. C’est une super solution pour faciliter le quotidien des personnes handicapées !

Handisport Open Paris 2019 au Stade Charléty

Handisport Open Paris 2019 au Stade Charléty

Un événement à ne pas manquer sur Paris :

Le Handisport Open Paris 2019 est la plus grande compétition internationale d’athlétisme handisport organisée en France.Les 29 et 30 août, plus de 700 athlètes paralympiques venus de 60 pays seront réunis au stade Charléty à Paris. 

Deux jours de performances et de festivités

En parallèle de la compétition sportive, de nombreuses animations seront proposées dans le Grand Village International du HOP 2019. Avec cette année un espace dédié au Japon. En effet, le HOP 2019 marquera les J- 1 an avant les prochains Jeux paralympiques de Tokyo 2020 (25 août – 6 septembre 2020).

Autour de la Place des Héros, où seront organisées les remises de médailles du Championnat de France et les rencontres avec les athlètes, de nombreuses activités sportives, démonstrations, sensibilisations au handicap, seront proposées aux spectateurs, ainsi que des espaces partenaires et des échanges avec des associations citoyennes invitées.

Réalité virtuelle : plongez au cœur d’un match de rugby ou encore de basket fauteuil ; Mur d’escalade géant : une formidable expérience proposée par l’UCPA, Chiens guides d’aveugles : à la rencontre de la célèbre association pour aveugles et malvoyants ; Démonstrations, culture, concours, quizz, dédicaces avec les sportifs compléteront la visite du village et l’expérience proposée au public, aux entreprises, associations et aux groupes conviés. Un Pass’Sport sera proposé à l’accueil pour aller à la découverte du Village de façon ludique, ainsi que la possibilité de gagner des places « VIP » au cœur du stade pour vivre la compétition au plus près, aux premières loges !

Associations présentes sur le Village : le Secours Populaire, les Chiens guides de Paris, Le refuge, les Bouchons d’amour, la Protection civile (initiation aux gestes de secours), Emmaüs, la LICRA, Starting Block (testez vos sens), une lame pour courir, l’APAJH, et les Jeux en bois de « Sac à Dés » !

Animations à l’espace Japon : Ecole Shiatsu (massages), Val d’Europe (origamis, estampes, kimonos), Envie de Japon (Jeux, mangas, Exposition), Taiko (Tambours), Ikebana (art floral), Fumie Hihara (Musique), AAA Paris (langue, mangas), Human danse, Bon merci (japan food)

Animations sportives : cécifoot, lancers fauteuil, athlétisme déficient visuel, boccia, tennis de table, basket fauteuil, escalade avec l’UCPA, escrime, sarbacane, pétra et le mur digital.

Espaces Partenaires : EDF, Malakoff Médéric Humanis, Société générale, Renault, Hags, Wheeliz, Athlérunning 94

L’entrée est libre sur réservation préalable sur le site officiel, pour les individuels, les groupes scolaires et les associations. Des formules attractives sont également proposées aux entreprises souhaitant offrir à leurs collaborateurs, clients ou partenaires une immersion dans l’univers handisport. Venez nombreux assister à un spectacle sportif inoubliable et vous préparer pour l’aventure des Jeux Paralympiques 2024, l’expérience commence maintenant !

Pour réserver vos billets, rendez-vous sur :  www.handisport-open-paris.org/billetterie-individuelle/

Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous pouvez rencontrer les partenaires, n’oubliez pas votre CV.

Forum HOP’RH : une journée Ressources Humaines & Handicap

Tout au long de la première journée du #HOP 2019 le jeudi 29 août  2019 de 14h à 18h au Stade Charléty en complément du spectacle sportif de haut niveau et des actions de sensibilisation au handicap dans le Village animations, venez rencontrer des structures vous proposant des offres d’emplois ! 

Candidats:  Veuillez envoyer votre CV à : h.grob@handisport.org

Secours - une housse de ceinture pour informer d'un handicap

Secours – une housse de ceinture pour informer d’un handicap

C’est en se demandant comment elle ferait pour prévenir du handicap de sa fille en cas d’accident la laissant incapable de parler aux secours, qu’une australienne a inventé une housse de ceinture préventive…

Que faire en cas d’accident de voiture pour prévenir que l’on est porteur un handicap, d’un implant, d’une maladie particulière ou d’autisme ? C’est la question a laquelle a tenté de répondre une maman australienne de 5 enfants, Nathalie Bell en ayant l’ingénieuse idée de fabriquer une housse de ceinture de sécurité indiquant que sa fille est porteuse d’un implant cochléaire, qui implique qu’elle ne peut pas passer d’IRM notamment.

C’est par pure angoisse de ne pas pouvoir indiquer aux secours les soucis de santé de sa fille en cas d’accident de la route la rendant inconsciente qu’elle a eu l’idée de ces coussins préventifs. En publiant son invention sur sa page Facebook, le succès a été immédiat et salué par le public mais également par les professionnels, qui pensent que cela serait un vrai gain de temps lors d’accidents corporels.

Disponible sur sa boutique 

personalisedbynat.com, les housses de Nathalie Bell sont vendues environ 13€ et sont déclinables pour les sac à dos, Quatorze maladies et handicap sont disponibles, y compris la maladie d’Alzheimer pour les adultes avec un déficit cognitif. Les messages de la collection ne sont disponibles qu’en anglais mais il est possible d’acheter une housse neutre et d’y faire inscrire des infos personnalisées.

Une maman lance l'extra'box pour parents d'enfant handicapé

Une maman lance l’extra’box pour parents d’enfant handicapé

Il y a 11 ans, Sonia Sammou met au monde une petite Lina, atteinte du syndrome d’Angelman, une maladie génétique rare provoquant un retard mental et moteur. En plus des difficultés du quotidien, la jeune maman doit alors se confronter au dédale administratif. Pour épargner cette épreuve supplémentaire aux familles, elle a donc imaginé My Extra’Box, une valisette blanche dans laquelle est rassemblée toute la documentation nécessaire.

C’est à Saint-Nicolas-de-Port, une bourgade de Meurthe-et-Moselle, que tout a commencé. Depuis son domicile, Sonia fait le tri dans un méandre de papiers, pour en extirper l’essentiel. Des travailleurs handicapés sont ensuite sollicités pour confectionner l’enveloppe extérieure. Pour en profiter, inutile de verser un centime, cette « box » est délivrée gratuitement par les professionnels de santé. Besoin de précisions ? Un site Internet et une application mobile, également gratuits, sont proposés en complément.

Porté par l’association Handi’Cap crééé pour ce projet en mai 2017, le concept de cette valisette My Extra’Box repose sur la mise à disposition gratuite aux familles concernées, de fiches d’informations abordant les différents types de handicap :

  • Troubles dys
  • Handicap auditif
  • Paralysie cérébrale
  • Handicap mental
  • Autisme / TED
  • Le polyhandicap
  • Le handicap moteur
  • Le handicap visuel

Une fiche administrative sur la Maison départementale des Personnes Handicapées est également proposée sur la nécessité de constituer un dossier, sur les aides et les prestations fournies.

Ces fiches pratiques ont été rédigées par des associations engagées dans le champ du handicap (APF, AEIM, UNAPEI, UNADEV, CAPs).

Une application mobile est également proposée avec un agenda des démarches administratives à renouveler, un carnet de suivi, un système de géolocalisation pour repérer les thérapeutes à contacter et rentrer en contact avec des familles concernées par le handicap.

Des cartes connectées personnalisées seront envoyées aux utilisateurs les informant de toute évolution ou changement concernant le handicap.

2.000 box distribuées

Le projet reçoit l’aval de l’Agence Régionale de la Santé, du CHRU de Nancy, des collectivités et d’autres partenaires institutionnels. 5.000 valisettes sont fabriquées par des travailleurs handicapés en mars 2018. 2.000 ont été distribuées gratuitement aux familles dans la Région Grand Est, en juin 2019.

Logo Google

Google mise gros pour être accessible aux sourds et personnes ayant des troubles d’élocution

Le chercheur sourd de Google, Dimitri Kanevsky, était à Paris pour une démonstration d’Euphonia, un projet de transcription de la parole pour les personnes présentant des troubles de l’élocution.

La plupart des gens tiennent pour acquis que, lorsqu’ils parleront, ils seront entendus et compris. Mais pour les millions de personnes qui souffrent de troubles de la parole causés par des problèmes physiques ou neurologiques, il peut être difficile d’essayer de communiquer avec d’autres personnes et de les frustrer. 

Bien que les technologies de reconnaissance automatique de la parole (ASR, ou parole à texte) aient récemment fait l’objet de nombreux progrès , ces interfaces peuvent être inaccessibles pour les personnes souffrant de troubles de la parole. En outre, les applications qui utilisent la reconnaissance vocale comme entrée pour la synthèse texte-parole(TTS) peut présenter des erreurs de substitution, suppression et insertion de mots.

 Dans l’environnement technologique actuel, l’accès limité aux interfaces de la parole, telles que les assistants numériques qui dépendent de la compréhension directe de la parole, signifie exclure des outils et des expériences de pointe, creusant ainsi le fossé qui sépare ceux avec et sans parole. les déficiences peuvent accéder

Dimitri Kanevsky a le verbe difficile à comprendre. Sourd depuis qu’il a 1 an, ce chercheur officiant chez Google a une élocution instable, hachée, il passe des aigus aux graves en un rien de temps, comme chez de nombreux sourds profonds.

Le HuffPost l’a rencontré lors de sa démonstration du projet Euphonia. Il est venu à Paris, accompagné de trois ingénieurs Google. 

Ensemble, ils ont présenté un traducteur vocal, qui retranscrit les mots de Dimitri sur un écran dans un anglais tout à fait correct.

Le projet Euphonia a démontré que les modèles de reconnaissance de la parole peuvent être considérablement améliorés pour mieux transcrire une variété de paroles atypiques et dysarthriques.

À la recherche de volontaires pour Euphonia

“J’ai enregistré plus de vingt heures de phrases sur plusieurs mois pour rendre cette intelligence artificielle fonctionnelle, peut-on lire sur l’écran lorsque Dimitri Kanevsky nous parle. Maintenant, il faut que d’autres personnes avec d’autres troubles de l’élocution se lancent dans le projet. Nous recherchons des gens souffrant de la maladie de Charcot, ou victimes d’un AVC…”.

Les troubles de l’élocution se retrouvent sous plusieurs formes. Il y a l’aphasie, la dysphonie, l’anarthrie et la dyslalie. Quels qu’ils soient, Dimitri est preneur pour faire avancer le projet et l’adapter au plus grand nombre.

Le plus grand nombre, c’est bien de cela que l’on parle chez Google. L’ingénieur Brian Kelmer parle d’un milliard de personnes dans le monde souffrant d’un handicap déclaré. Il se base sur les chiffres de l’OMS parus en 2015.

Un milliard de personnes handicapées

Un milliard de clients potentiels, ça laisse rêveur. Google l’a compris, c’est le marché à investir. La firme veut donner des codes de lecture sur Internet aux sourds, aux aveugles, et aux autres personnes handicapées, à la manière des magnats de la presse américaine des années 1910 qui ont réussi à faire acheter leurs journaux à des immigrants illettrés, grâce à l’insertion de strips de bande dessinée sans texte.

Pour arriver à cela, Google met le paquet. L’entreprise présente ces derniers jours six nouveautés, dont cinq viennent d’entrer sur le marché. Mais elle ne dit pas combien elle investit, ni combien de personnes travaillent sur ces projets. On n’aura pas même droit à un pourcentage pour savoir à quelle hauteur l’enjeu est considéré.

“Nous sommes nombreux à travailler sur ce secteur”

Brian Kelmer insiste: “Nous sommes nombreux, des ingénieurs qualité, software, chefs de projet, juristes, à travailler sur ce secteur. L’accessibilité est un véritable enjeu chez Google.”

Le fait est que les nouveautés de cet ordre pleuvent depuis quelques mois. On se souvient de Voice Access qui remplace les interactions tactiles par des commandes vocales.

Conclusion

Cela permet aux utilisateurs ayant un discours atypique de parler et d’être compris par d’autres personnes et par les interfaces vocales, avec son approche de conversion vocale de bout en bout plus susceptible de reproduire le discours souhaité par l’utilisateur. 

Nous avons hâte que toutes ces recherches soient mises rapidement sur le marché, afin d’en profiter et cela aidera un grand nombre de personnes dont moi le premier.

Sources : Huffingtonpost et aiGoogleblog

L'Association Française des Aidants propose une formation en ligne gratuite et ouverte à tous!

L’Association Française des Aidants propose une formation en ligne gratuite et ouverte à tous!

La Formation des Aidants en ligne a pour objectifs de se questionner et d’analyser les situations vécues dans la relation au proche malade, en situation de handicap ou de dépendance afin de trouver les réponses adéquates. L’objectif est aussi de mieux connaître et mobiliser les ressources existantes près de chez vous.

En France, selon l’Association française des aidants (AFA), 8,3 millions de personnes accompagnent au quotidien un proche en perte d’autonomie, en situation de maladie ou de handicap. Appelés « aidants », leur rôle est reconnu par l’Etat depuis le 1er janvier 2016, suite à l’entrée en vigueur de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement.

L’aidant peut être un membre de la famille (aidants familiaux) ou une personne proche (ami, voisin…). Il assiste, à titre non professionnel, le proche en situation de maladie ou de handicap, pour que ce dernier vive normalement son quotidien (toilette, déplacements, tâches administratives, etc.). Ces aides s’inscrivent dans la durée.

Cependant, certains aidants témoignent de leurs difficultés vis-à-vis de cette situation qui peut impacter leurs vies personnelles, professionnelles et sociales. L’épuisement physique, la fatigue morale, l’anxiété, l’isolement constituent bien souvent les risques associés au rôle d’aidant.

C’est pourquoi l’AFA a créé une formation en ligne qui propose aux aidants de se questionner sur ce qu’ils vivent dans leur relation avec leur proche afin de trouver des réponses adéquates.

UN MOOC POUR ACCOMPAGNER LES AIDANTS

Vous êtes un proche aidant ? Formez-vous librement, à votre rythme sur votre ordinateur ou votre tablette. La formation en ligne s’articule autour de 6 modules, d’une durée de 30 minutes environ :

  • Module 1 : Quand la maladie, le handicap ou la dépendance s’immisce dans la relation au proche 
  • Module 2 : Être aidant : une posture, des besoins, des attentes et des limites 
  • Module 3 : La relation au quotidien avec son proche 
  • Module 4 : Trouver sa place avec un professionnel 
  • Module 5 : Comment s’y prendre avec son proche pour les gestes de la vie quotidienne ? 
  • Module 6 : Comment concilier sa vie d’aidant avec sa vie personnelle et sociale ?

Pour suivre la formation, rendez-vous sur : http://www.formation.aidants.fr.

Qu’est-ce qu’un MOOC ?

Un MOOC est un cours en ligne ouvert à tous. La plupart des MOOC sont gratuits et vous en trouverez dans tous les domaines.

CONSULTATION HANDICAP sur make.org

CONSULTATION HANDICAP SUR make.org

Il vous reste un mois et demi pour participer à la grande Consultation Handicap soit jusqu’au 30 août, alors ne vous privez pas, pour faire vos propositions et remarques, vous pouvez aussi voter pour les propositions des autres personnes.

(J’ai pris le texte sur le site APF France handicap.)

Comment la société peut-elle garantir une vraie place aux personnes en situation de handicap ? C’est la question posée dans le cadre d’une grande consultation en ligne, où chaque citoyen·ne peut partager ses idées et voter pour les solutions proposées par les autres internautes.

Alors qu’on compte 12 millions de personnes en situation de handicap en France, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui, encore aujourd’hui en 2019, n’accèdent pas aux moyens nécessaires pour pouvoir vivre dignement, être autonome, se loger, se déplacer…

Pour faire changer les choses, vous pouvez agir !

 Comment ? En partageant vos idées pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap sur make.org ou en votant pour les propositions déjà en ligne.

Dans la lignée de notre projet associatif et de nos revendications, nous avons également publié des propositions pour :

  • Apprendre à créer ensemble des solutions techniques pour rendre accessible la cité
  • Apprendre à créer ensemble des outils de sensibilisation au handicap en direction du grand public
  • Apprendre à aménager ensemble des lieux touristiques accessibles à toutes et tous
  • Soutenir ensemble le développement de séjours de vacances adaptées, individuels ou collectifs
  • Introduire le handicap dans la Constitution française en l’ajoutant dans son article 1er qui traite de l’égalité des citoyens
  • Supprimer la prise en compte des ressources du conjoint dans la base de calcul du montant de l’AAH
  • Elargir le périmètre de la prestation de compensation du handicap aux activités domestiques et à l’aide à la parentalité
  • Créer le « risque autonomie » pour toutes et tous, en mobilisant des financements supplémentaires de solidarité nationale
  • Faire respecter les obligations d’accessibilité et appliquer dès maintenant les sanctions pour tous les établissements recevant du public
  • Revenir à 100% de logements accessibles et maintenir une obligation d’ascenseur à R+3 sans dérogation
  • Rendre effectif le droit aux transports sur tout le territoire
  • Mettre en accessibilité l’ensemble des moyens de transports publics et développer une offre complémentaire de transports adaptés
     

En septembre prochain, les résultats de cette grande consultation seront dévoilés et en novembre, associations, entreprises et citoyen·ne·s se réuniront pour transformer les meilleures propositions en plan d’action.

D’autres consultations sur d’autres thématiques tout aussi essentielles et intrinsèquement liées à nos revendications (contre les violences faites aux femmes, pour prendre soin de nos ainé·e·s…) sont également en ligne. N’hésitez pas à aller les voir et à vous engager auprès de centaines de personnes mobilisées !

happenGo facilite les sorties des personnes à mobilité réduite

happenGo facilite les sorties des personnes à mobilité réduite

Né à Toulouse, ‘Happengo’ est un moteur de recherche conçu pour faciliter la mobilité des personnes en situation de handicap visible ou non visible. Ce « Google Maps » référence l’accessibilité des établissements en fonction de l’handicap de l’internaute. Cette innovation est lancée officiellement ce mardi 2 juillet.

HappenGo est un moteur de recherche qui permet de trouver tous les lieux accessibles aux personnes porteuses d’un handicap ou en situation de fragilité. Plus largement, il permet de repérer un professionnel ou une structure de service dans les domaines de la santé, du paramédical, du droit, du transport, une association… La plateforme filtre des résultats en fonction des profils et des besoins, avec le bon niveau de description sur son accessibilité, tout en garantissant une information fiable et intègre un outil de géolocalisation. De plus, il inclut un agenda qui promeut des événements autour d’un établissement, publié par un autre utilisateur. Enfin, il est possible de visiter un lieu en réalité augmentée grâce à des parcours en vidéo 360°.

happenGo est dédié à toutes sortes de handicaps, moteurs, visuels, auditifs, maladies invalidantes, handicaps intellectuel et psychique et répond également aux personnes en situation de mobilité réduite (personnes âgées, femmes enceintes…). En résumé, c’est un facilitateur de vie et de projets.

happenGo contribue activement au développement du tourisme car il permet d’attirer de « nouveaux » touristes à travers toute la France. Ils représentent près de 25 millions de personnes (15 millions d’individus concernés par un handicap et 9 millions d’aidants).

Les personnes en recherche d’une meilleure accessibilité et leurs familles peuvent ainsi mieux se projeter pour partir en vacances ou sortir spontanément quand elles savent qu’elles n’auront pas de mauvaises surprises une fois arrivées à destination.

happenGo permet d’aller au-delà d’un simple tourisme adapté, c’est une véritable conception d’un « tourisme pour tous ».

Pour les utilisateurs, le téléchargement de l’application est gratuit.

happenGo a pu être conçu et lancé grâce aux fonds propres de l’un de ses fondateurs mais également grâce aux dons généreux de personnes ayant souhaité se joindre à l’aventure. Ils sont désormais à la recherche de partenaires, mécénats, sponsors pour développer happenGo à la hauteur de leurs ambitions mais surtout aussi pour répondre aux besoins exprimés par les utilisateurs.

HUMAID : LE CROWDFUNDING AU SECOURS DU HANDICAP

HUMAID : LE CROWDFUNDING AU SECOURS DU HANDICAP

Depuis 2015, la plateforme française de financement participatif propose au grand public de soutenir des personnes handicapées.

Alors qu’un de leurs amis était dans le besoin, Pierre Durand et Frédéric Deruet ont lâché leurs situations confortables d’avocat d’affaires et de responsable marketing pour créer la plateforme de crowdfunding Humaid. Les deux associés se sont inspirés de HandUp, un site américain proposant aux internautes d’aider des personnes sans ressources ou sans abri. Humaid a repris le principe en l’adaptant au domaine du handicap.

Comme sur son modèle américain, les projets sont présentés et validés par des associations. Mais, ici, des professions de santé et des mutuelles peuvent donner leur caution pour garantir aux donateurs que leur argent sera bien utilisé. “Chez nous,

Les conditions pour être porteur de projet

Dans un premier temps et de manière évidente, le bénéficiaire des dons doit être porteur d’un handicap au sens défini par la loi  à savoir « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive, d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». Egalement, il doit avoir cherché des aides ou essayé d’en obtenir auprès des structures compétentes, sans être parvenu à financer (de façon totale ou partielle) son projet.

Les garanties côté donateurs

Pour les généreux donateurs, Humaid assure avoir vérifié la faisabilité du projet en amont. les projets sont présentés et validés par des associations. Mais, ici, des professions de santé et des mutuelles peuvent donner leur caution pour garantir aux donateurs que leur argent sera bien utilisé. “Chez nous,

 Egalement, les fonds sont versés non pas aux associations, mais directement aux prestataires, par exemple à un distributeur de fauteuils électriques.” Et puisque l’histoire est avant tout humaine, des nouvelles du bénéficiaire et des avancées du projet sont régulièrement données aux donateurs.

Plus qu’une simple plateforme de financement, Humaid ouvre ainsi les portes de la solidarité. Un soutien notoire envers de véritables projets de vie.